Architecture (Musées)

MOBE _ Musée Orléans Biodiversité Environnement - 2017 Orléans (45)

Maîtrise d'oeuvre

atelierphilippemadec / (apm)&associés, architecture _ Guliver, scénographie _ Tribu, environnement et développement durable _ Memoriæ, muséographie _ Lagraph, signalétique _ OTEIS, bet généraliste

Maîtrise d'ouvrage

Ville d'Orléans

La façade principale sur la rue marcel Proust est composée de deux parties :
-    le volume de l’entrée au rez-de-chaussée, vitré et transparent : il se retourne vers la gare et s’étire le long de la rue pour accueillir le public et exposer déjà l’objet du musée ; il installe un lien entre les deux parties du musée, la nouvelle et celle dont la réhabilitation est reportée ;
-    le volume identitaire, la nouvelle façade du musée, vivante, transparente, translucide ou opaque selon les endroits, qui accompagne le nouveau fonctionnement du musée en accueillant tous les déplacements des visiteurs. Il sert aussi à associer les différents niveaux du bâtiment ancien, notamment les terrasses.

Pour ce volume, nous nous sommes attachés à inventer une nouvelle façade qui non seulement évoque le vivant, mais aussi en intègre les aspects :
-    sa forme ronde est biomimétique, à la fois nuage, animal et cocon, à la fois squelette et enveloppe soyeuse ;
-    son volume est vivant et se modifie lui-même par sa peau intelligente : il se gonfle en fonction en fonction des saisons, de la nécessité en hiver de se protéger du froit et en été de se protéger de l’ensoleillement ;
-    son rôle est osmotique, c’est un lieu d’échange entre la vie de la ville et le volume ancien dans lequel se logent les expositions ;
-    c’est un lieu de vie et de circulation, de flux des visiteurs visibles de toute part ;
-    c’est un espace grand ouvert à la lumière, cette source de vie, dans lequel les végétaux trouvent naturellement leur place ;
-    c’est un volume réalisé avec des matériaux d’origine naturelle et sains :
o    sa peau est en ETFE issu d’un minéral, la fluorite, produit par polymérisation, procédure à base d’eau ;
o    sa structure est en bois, tant les nervures verticales que les planchers sont en CLT, panneaux de bois massif croisé ;
o    l’isolation de la façade existante donnant sur l’extension, comme les enduits intérieurs, seront réalisées en béton de chanvre ou de miscanthus, mélange de paille de chanvre ou de miscanthus avec de la chaux.

Afin de ne pas abandonner la façade sur rue de la partie non aménagée du musée, nous proposons une intervention simple et belle, une intervention d’artiste à l’instar des vasyes œuvres réalisées à Bruxelles par l’artiste Bonhom, de son vrai nom Vincent Glowinsky : ici un grand poisson semble avoir l’envie de pénétrer dans la nasse du musée !  

La restructuration du Muséum d'Orléans pour la Biodiversité et l'Environnement et son extension s’inscrit dans une démarche environnementale forte, à la fois sur l’aspect énergétique mais aussi dans le choix de matériaux biosourcés et leur expression.

L’ajout d’une extension en plus de la volumétrie existante enrichit le parcours avec une ambiance hétérogène : la visite des collections, protégées du soleil dans des espaces relativement fermés, est ponctuée par des descentes légères dans un espace hybride dedans/dehors, au climat plus variable en fonction de l’ensoleillement.

Le volume de l’extension est conçu comme un tampon thermique, enveloppé par une peau intelligente, qui réagit au climat extérieur pour tempérer l’ambiance : en été, une diminution de pression dans la couche centrale juxtapose les motifs sérigraphiés et crée alors une protection solaire efficace.

Cet espace, accueillant tous type de végétaux et ventilé de façon entièrement naturelle, est confortable toute l’année : en hiver, les apports solaires sont valorisés et la ventilation est contrôlée, et en été, de larges ouvrants en partie haute d’un vide toute hauteur limitent les surchauffes par tirage thermique.

Pour l’ensemble des espaces, le confort d’été est assuré au maximum de manière passive, et le besoin de froid des parcours permanent (ambiance contrôlée toute l’année) est réduit. En complément de la peau qui a une performance proche de celle d’un double vitrage, la façade existante donnant sur l’extension est isolée par l’extérieur en béton de chanvre ou de miscanthus, laissant apparent un matériau végétal.

Le travail sur l’enveloppe, le confort d’été et sur les systèmes performant permettront de réduire fortement les consommations énergétiques.

atelier-architecture-philippe-mobe-_-musee-orleans-biodiversite-environnement-orleans-45-1957.jpg
atelier-architecture-philippe-mobe-_-musee-orleans-biodiversite-environnement-orleans-45-1951.jpg
atelier-architecture-philippe-mobe-_-musee-orleans-biodiversite-environnement-orleans-45-1952.jpg
atelier-architecture-philippe-mobe-_-musee-orleans-biodiversite-environnement-orleans-45-1954.jpg
atelier-architecture-philippe-mobe-_-musee-orleans-biodiversite-environnement-orleans-45-1955.jpg
atelier-architecture-philippe-mobe-_-musee-orleans-biodiversite-environnement-orleans-45-1953.jpg
atelier-architecture-philippe-mobe-_-musee-orleans-biodiversite-environnement-orleans-45-1956.jpg
Back
Rechechez parmis nos projets
Close

Entrez votre mot clé